taux de crédit

Crédit professionel

Solution de finnancement

les pictos
  • Création
  • Reprise transmission
  • Trésorerie investissement
  • Innovation
  • International
  • Croissance externe
  • Sociale et solidaire
  • En difficulté
  • Fond propre

Et plein d’autres projets aussi

Contactez nous

Prêt Professionnel :

Le prêt professionnel est un prêt qui s’adresse uniquement aux entreprises. Par entreprise, il faut comprendre :

  • Les entreprises sous forme sociétaire (personne morale): SA, SAS(u), SARL(u), SCI, les associations, les fondations, ….
  • Les entreprises sous forme individuelle : auto-entrepreneur, entreprise individuelle, artisans, commerçants, agriculteurs et professions libérales :

    • Commercial, infirmier, médecin, avocat, notaire, pharmacien, expert comptable, opticien, architecte, promoteur local, huissier, etc…

Le prêt professionnel répond à des besoins de l’entreprise. Voici les différentes raisons qui peuvent engendrer le besoin d’un financement :

  • Un prêt d’équipement : Il permet de financer un véhicule en LOA (location avec option d’achat), LLD (location longue durée) ou via un crédit amortissable, de financer du matériel, des machines ou des bêtes nécessaires à l’exploitation industrielle ou agricole.

Sachez que nous recommandons toujours le crédit classique par rapport au crédit bail ou à la location financière. Beaucoup de professionnels se retrouvent, contractuellement, avec des clauses abusives qui permettent aux loueurs / bailleurs de leur soutirer de l’argent. Evitez de vous retrouver devant les tribunaux pour montrer votre bonne foi et passer presque exclusivement par des crédits classiques.

  • Un prêt immobilier : Il permet de financer des locaux, entrepôts et terrains nécessaire à l’activité ainsi que des opérations immobilières visant à investir ou défiscaliser.

Il est recommandé, dans les opérations d’achat des murs d’une société, la création d’une SCI plutôt que la détention des murs de sa société dans la société en elle-même. Cela permet de créer des charges de société via la création de loyers ainsi que de revendre la société indépendamment des murs de celle-ci.

  • Un prêt marchand de bien ou promoteur : Il s’agit d’un prêt à court terme souvent destiné à financer l’acquisition immobilière d’une SCVV ou société civile de construction vente.

Le plus souvent, ce prêt est accepté sous condition d’un apport comprit entre 10 et 25 % de la somme totale à financer pour le projet.

  • Un prêt achat de fond de commerce : Il s’agit souvent d’un prêt moyen terme permettant l’acquisition d’un fond de commerce ou d’une société détenant un fond de commerce.

Il est recommandé, pour des raisons de coût, de demander le nantissement du fond de commerce plutôt qu’une garantie ou hypothèque sur un bien. En effet, le nantissement du fond est estimé à 100 jusqu’à 200 € maximum.

  • Un prêt pour financer la trésorerie : Ce type de prêt permet de financer une augmentation de capital, une reprise de parts sociales ou d’actions normale ou via des LBO ou LBI (Leverage Buy Out / In) ou un besoin en fonds de roulement. Pour le fond de roulement, il est souvent réalisé un système nommé affacturage qui permet de mettre en place une ligne de financement souple et non plafonnée. Pour le reste, le plus intéressant consiste à réaliser un prêt amortissable simple ou un système de crédit-bail optimisé en montage puis racheter la société à moindre coût.
1. Nos spécialités :

L’immobilier professionnel :

taux immobilier alsace

Les fonds de commerce :

crédit alsace lorraine

L’acquisition de sociétés (parts ou actions) :

courtier immobilier alsace
2. Les astuces importantes :

– L’apport personnel : Lorsque vous croyez en votre entreprise, vous devez investir dans celle-ci. La banque est loin d’être un tiroir-caisse. Elles sont frileuses et de moins en moins enclines à prêter de l’argent dans les sociétés. C’est l’apport qui fera la différence auprès des établissements bancaires et constituera un gage de votre sérieux. Lorsque vous souhaitez créer une société, épargnez.

– Constituer un bon dossier : Pour constituer un bon dossier, veuillez ne pas hésiter à réaliser un prévisionnel ainsi qu’apporter les 3 derniers bilans de la société. Vous devez vous entourer d’un expert comptable mais aussi, surtout, d’un avocat. Ne délaissez surtout pas ce dernier qui vous permettra de développer la partie juridique et contractuelle de votre société.

Vous devez donc constituer un dossier comprenant :

  • La carte nationale d’identité du chef d’entreprise
  • L’extrait Kbis de la société ou les statuts
  • Le prévisionnel ou les derniers bilans
  • Un justificatif de domiciliation
  • Les relevés de comptes
  • Lors de la création d’une société, les banques peuvent demander des garanties ou cautions supplémentaires à l’octroi d’un prêt. Soyez vigilants, ce ne sont pas des garanties qui vous protègent mais des garanties qui protègent la banque dans le cas ou vous ne pouvez plus payer. La garantie paye toujours lorsque vous ne pouvez plus payer. De nombreux défauts de conseils sont liés à la mauvaise explication de ses garanties qu’on pense voir agir avant que le gérant soit appelé en responsabilité.

– Se préparer à l’entretien : Au cours de l’entretien, le dossier doit être complet. La tenue et le comportement de l’entrepreneur est primordial. Il est indispensable de le préparer et de rédiger un document détaillé exposant : les motivations comprenant le projet, l’activité et les objectifs à atteindre ainsi que les besoins à financer et les ressources nécessaires.

– Négocier son IRA (indemnité de remboursement anticipé) : N’oubliez pas ! Les prêts professionnels sont du ressort du code monétaire et financier et non du code de la consommation. Les banques peuvent librement imposer contractuellement leurs indemnités de remboursement anticipé qui peuvent atteindre plus de 10 % du capital restant dû. Il faut bien vérifier et négocier pour pouvoir rembourser sans que cela génère trop de frais.

– Prendre une délégation d’assurance : Depuis le 1er septembre 2010, les banques ne peuvent plus imposer leur contrat d’assurance groupe ni faire varier le taux de crédit immobilier si vous n’y adhérez pas. Vous êtes donc libre de choisir votre assureur.

L’avantage de l’assurance emprunteur des assureurs par rapports aux assurances groupes des banques : La récupération de la participation aux bénéfices. En effet, à la fin de chaque année, si le risque couvert par l’assurance ne s’est pas réalisé, la loi impose de reverser l’argent trop perçue. Les sommes représentent 40% de la prime dans le cas d’un prêt immobilier et 70% dans le cas d’un crédit à la consommation.

Peut-on résilier une assurance emprunteur communément appelée assurance décès invalidité ? L’article L.113-12 al.2 du code des assurances précise en effet que l’assuré a le droit de résilier son contrat chaque année « à l’expiration d’un délai d’un an, en envoyant une lettre recommandée à l’assureur au moins deux mois avant la date d’échéance. » + Jurisprudence : cours d’appel de Bordeaux et de Douai.

– Garantir le fond : Le nantissement de fond de commerce coûte environ 150 €. Il est donc beaucoup plus intéressant financièrement de nantir un fond de commerce plutôt que de prendre d’autres garanties qui peuvent atteindre plus de 2 000 € de frais.

– La holding : La Holding est un montage en société qui permet la gestion des flux mais surtout de rationaliser et de mutualiser certaines fonctions communes aux différentes sociétés. Travailler avec une Holding, c’est aussi avoir un poids financier plus important et avoir des conditions d’obtention de prêt plus optimum. C’est un effet de Levier et une capacité de caution plus importante que si la filiale négociait directement.

Nos partenaires

face   google+   linkedin   linkedin